Disque et fonction3

Tributerre

Le Collectif Bam accompagne Tributerre depuis 2016 pour la création et la mise au marché d’une offre numérique et tangible pour permettre à chaque individu de pratiquer le compostage.
L’objectif est clair : sortir nos biodéchets de la poubelle pour un retour de matière organique dans nos sol et accroître leur qualité.

–> Initialement quelle était la commande de Tributerre ?
Son projet est ancré dans un mouvement citoyen lié à la préservation de l’environnement. Ce sont des sujets qui animent la dynamique du cCollectif Bam, l’aventure Tributerre était donc une réelle opportunité de collaboration. Début 2016, le projet débutait avec la volonté de donner les moyens aux citoyens de s’engager dans le tri de leurs biodéchets, ressources indispensables pour la préservation de nos sols. Deux objectifs on alors été identifiés : concevoir une solution centrée sur le citoyen et développer une solution intégrant les enjeux des territoires.
–> Comment avez-vous travaillé ?
Outre le design de l’objet, nous avons procédé étape par étape, dans le cadre d’ateliers de conception. La confiance, la coopération et le vif intérêt partagé sur les enjeux ont aidé Ludovic à faire évoluer son projet. Cette belle collaboration nous amène à présent, à assurer un accompagnement global de la démarche par le design. L’expérience utilisateur numérique des outils développés par Tributerre est aujourd’hui notre prochaine étape.
Capture d’écran 2017-08-21 à 14.16.07
–> Le compostmètre est un élément central du projet. Comment est-il né ?
Au fil des rencontres, Ludovic a développé sa vision d’un objet didactique et connecté, permettant d’apprendre les techniques du compostage, les bonnes actions à mener pour l’obtention d’un compost de qualité. Le développement du compostmètre est aussi le fruit d’une belle collaboration avec le Laboratoire d’Analyses Microbiologiques des Sols (LAMS) qui a pris part à son développement et apporte son expertise pour la partie agronomique.
–> Quel était le cahier des charges pour le design de l’objet ?
Il a évolué dans le cadre d’échanges réguliers. L’objet n’est pas un gadget, il a vocation à être utile au quotidien. Nous nous sommes mis d’accord pour explorer l’univers de l’outil de jardin. Il a donc fallu combiner la dimension ergonomique et les contraintes liées à la technologie embarquée. Nous avons aussi assez rapidement décidé de le concevoir en deux parties pouvant se désolidariser. Une sonde, destinée à rester dans le compost et une interface mobile : le palet, facile à manier et à transporter, qui trouve sa place rapidement dans l’univers domestique et notamment dans la cuisine.
–> Quels peuvent être les prolongements du compostmètre ?
Il y en aura certainement mais c’est difficile à dire aujourd’hui. L’expertise d’usage apportera des éléments et nos ateliers avec Ludovic donneront lieu à de nouvelles évolutions. En tout cas, nous espérons continuer à accompagner ce beau projet et tous ses développements.